Covid-19 mise à jour: L’équipe uxpertise continue ses opérations et ses solutions ne sont pas affectées.

6 tendances de l’apprentissage numérique après COVID-19

apprentissage numérique après covid-19

Les organisations ont dû rapidement s’adapter et pivoter au numérique en 2020. Pour ceux qui opéraient déjà numériquement, ceci était une occasion d’avoir une longueur d’avance.

Et maintenant ? Alors que le tsunami de la COVID-19 s’éloigne dans certains pays, les chefs d’entreprise de formation qui cherchent à développer leur organisation se demandent : « À quoi ressemblera le marché et comment pouvons-nous y répondre de manière adéquate ? »

Ça peut prendre des mois, voire des années, pour que des réponses claires apparaissent à mesure que les économies, les entreprises et les méthodes de travail s’adaptent aux circonstances post-pandémiques. Mais nous pouvons compter sur une chose : le défi stimule l’innovation. Considérez le fait que dans la liste du Fortune 500  de 2015, la moitié des entreprises ont été créées pendant une récession ou une dépression, ou en pleine guerre.

Nonobstant ce qui précède, nous voyons émerger au moins six tendances significatives après la pandémie qui représentent des occasions d’affaires potentielles pour les organisations de formation avant-gardistes.

1. Préparez-vous pour une croissance exponentielle de l’apprentissage numérique

Le marché mondial du eLearning a dépassé les 250 milliards de dollars en 2020. Son taux de croissance annuelle composé (TCAC) de 2021 à 2027 est estimé à plus de 21%. Pourquoi cette croissance ?

L’avènement de la technologie 5G et l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) et des applications de réalité augmentée / virtuelle dans l’apprentissage en ligne contribueront certainement à stimuler cette croissance. Mais n’oublions pas que pendant la pandémie, nous avons assisté à la plus grande démonstration d’apprentissage numérique au monde.

Parmi les étudiants et les écoles seulement – nous ne comptons pas les adultes qui travaillent et qui ont bénéficié d’une formation à distance – on estime que près de 1,6 milliard d’étudiants ont été touchés dans le monde. Pour ceux qui avaient accès à Internet, la pandémie représentait une exposition approfondie à l’apprentissage en ligne. 

Pour les organisations de formation à la recherche d’avenues pérennes, cette prise de conscience mondiale des modes d’apprentissage numérique sera une approche à exploiter.

2. Les partenariats public-privé pour la formation vont se développer

La pandémie a accablé les gouvernements d’endettement, réduit les inscriptions à l’université et réduit considérablement les revenus importants provenant des frais de scolarité des étudiants étrangers. Par conséquent, ces établissements sont beaucoup plus susceptibles d’être ouverts à des partenariats avec des organisations privées pour atteindre leurs objectifs de formation et d’éducation.

Idéalement, ces partenariats public-privé (PPP) combinent les forces complémentaires de chaque partie pour créer des scénarios gagnant-gagnant. Les institutions étendent la portée et l’efficacité de leurs fonds en offrant à leurs apprenants l’accès à une formation technique, professionnelle ou d’autres types de formation abordable.

De plus, les institutions peuvent s’éloigner de l’exécution quotidienne de la formation tout en maintenant le contrôle réglementaire et financier du partenariat.

Pendant ce temps, les organisations de formation peuvent déployer leurs idées innovantes, leurs compétences et leur technologie éducative tout en bénéficiant de contrats à long terme qui créent des flux de trésorerie prévisibles.

Potentiellement, votre équipe de développement des affaires pourrait explorer comment votre offre actuelle ou future pourrait attirer ces institutions dans un PPP mutuellement bénéfique.

3. L’apprentissage hybride prospérera après la pandémie

Même avec le retour de la formation présentielle après la pandémie, les organisations qui ont connu les formations à distance ne voudront pas renoncer à ses avantages, tels que l’accès à un plus grand bassin de talents, des coûts d’exploitation réduits et la flexibilité de faire évoluer leur main-d’œuvre pour s’adapter à la croissance.

Dans un tel contexte, l’apprentissage hybride prospérera. L’apprentissage hybride utilise un système de gestion de l’apprentissage (LMS) pour combiner les avantages de l’apprentissage asynchrone (apprentissage en ligne) et synchrone (enseignement en personne ou en ligne en temps réel).

Le bon équilibre afin de trouver un bon mixte parmi les types d’apprentissages devra être défini cas par cas, car les professionnels de la formation conçoivent du contenu en fonction des besoins de leurs apprenants et des exigences de la matière.

Former le formateur

En plus de la création et de la mise en œuvre de l’apprentissage hybride, les organisations de formation peuvent en tirer profit en offrant un soutien aux formateurs ou à d’autres instructeurs sur la façon de créer la meilleure expérience d’apprentissage hybride.

Dans les conditions d’urgence de la pandémie, les formateurs et les instructeurs qui étaient habitués à enseigner en classe ont peut-être réussi à se débrouiller en créant des cours en ligne précipitamment, mais ceux-ci n’utilisaient pas nécessairement les outils éducatifs technologiques efficacement. L’expérience résultante pour les apprenants n’était probablement pas, disons, optimale.

Compte tenu de la part importante que l’apprentissage numérique aura au sein de l’enseignement dans le monde entier, il est dans l’intérêt de chaque organisation d’investir dans la création de la meilleure expérience d’apprentissage possible.

4. Les écarts de compétences nuisent à tous les secteurs de l’industrie

À mesure que l’innovation technologique et les perturbations commerciales transforment rapidement l’environnement de travail, les compétences des travailleurs deviennent plus rapidement obsolètes.

Selon le rapport de 2020 sur l’apprentissage en milieu de travail de LinkedIn Learning, 99% des professionnels de l’apprentissage et du développement interrogés estimaient que les lacunes de compétences nuiraient à leurs entreprises. Selon eux, ne pas combler ces lacunes d’ici les trois à cinq ans aurait des répercussions négatives sur (par ordre de classement) la croissance future, l’expérience et la satisfaction de la clientèle, la qualité et la prestation des produits et des services, et l’innovation.

La vague d’automatisation intelligente qui s’en fait ne fait qu’accroître le besoin de requalification et de formation continue. Bien que cette vague soit bénéfique pour de nombreuses organisations, elle nécessitera également que des millions de travailleurs apprennent de nouvelles compétences.

De toute évidence, les centres de formation peuvent fournir beaucoup de soutien aux organisations qui cherchent à combler les lacunes en matière de compétences qui sont en constante évolution.

5. L’apprentissage numérique passe en vitesse accélérée

Dans une économie post-pandémique, les diplômes, les certifications ou les programmes d’apprentis qui prennent des années à compléter ne répondront pas aux demandes urgentes des nouvelles compétences.

Pour les apprenants adultes, suivre une succession de cours de courte durée s’intègre mieux à leurs horaires chargés que de suivre des cours plus longs. Ces cours modulaires, cumulatifs et axés sur les compétences focalisent sur un domaine de connaissances spécifique et mènent à une reconnaissance du mérite approprié.

Le nom de ces microtitres de compétences variera en fonction des préoccupations marketing: badges, nanodiplômes, micromasters, certificats, etc. Quel que soit le libellé, il est important de se rappeler que ce qui compte, c’est la qualité des évaluations de ces compétences nouvellement acquises et la valeur que les employeurs y accordent.

Les organisations de formation qui développent du contenu pour leurs clients doivent garder ces priorités à l’esprit.

6. L’apprentissage pratique est de plus en plus important

Les énormes pertes d’emplois résultant de la pandémie dans une panoplie de secteurs industriels (par exemple, l’hôtellerie, le tourisme, les voyages) ont obligé de nombreuses personnes à acquérir de nouvelles compétences pour gagner leur vie et les protéger des chocs économiques futurs. En raison de ce bouleversement de l’emploi, l’apprentissage axé sur les compétences continuera de croître en demande. Par conséquent, l’apprentissage par la pratique sera une partie intégrante du processus d’apprentissage et d’évaluation.

Il est largement reconnu que l’apprentissage par la pratique améliore l’engagement, aide les apprenants à mieux se souvenir des nouvelles informations et favorise une rétention plus longue de ce qui a été appris.

Comment est-ce que vos organisations de formation peuvent-elles répondre à ce besoin? En offrant des programmes d’apprentissage par l’expérience et de travail en échange de crédit. Vos concepteurs pédagogiques en apprentissage numérique devront mettre l’accent sur les simulations et les expériences d’apprentissage pratiques dans leurs conceptions de cours.

Il est clair que pour les organisations offrant une formation numérique aux entreprises ou aux institutions, le monde post-pandémique sera riche en opportunités et en innovation. Afin de tirer profit de ces opportunités efficacement, le soutien du bon système de gestion de l’apprentissage (LMS) sera nécessaire.

 

Si vous avez des questions sur un LMS qui peut habiliter vos administrateurs, instructeurs et spécialistes du marketing, nous serons heureux de vous aider. Contactez les experts de uxpertise.

 

Article uxpertise en partenariat avec Infopresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *